Je survis sur une clef USB pendant un an et des poussières

J'ai survécu plus d'une année sur une clef USB de 2 gigots.
*non mais quel prétentieux ! Il écrit clef au lieu de clé pour se faire passer pour un intello*

Il y a environ une année, et suite à des circonstances totalement hors de ma volonté [*], mon disque dur a rendu l'âme. Toutes les données qui y étaient, hormis quelques unes, sont désormais perdues à jamais. Malgré cela, ce qui m'avait causé le plus de chagrin, c'était le fait de devoir en acheter un autre : je n'en avais ni le temps ni les moyens.

J'ai donc opté pour une solution temporaire : celle d'utiliser un système live en attendant que je me procure un autre disque dur. C'était une solution urgente car j'avais besoin d'utiliser l'ordinateur pour accéder à diverses informations d'intérêt crucial : consulter les emails, lire les cours et faire les devoirs qui nous sont envoyés par les professeurs, jouer au démineur, entre autres.

Maintenant que j'y pense, ce qui me manque le plus étaient tous les petits scripts que j'avais écrits pour automatiser des taches courantes. J'estime en avoir réécrit la majorité, mais il se peut que je me trompe. J'aurais dû tout pusher à Github.

A l'époque, je ne me serais jamais douté que cette solution temporaire se montrerait plus robuste que je ne l'imaginais. C'est en grande partie du à la coriaceté.. le coriacement.. bref, au fait que la clef utilisée était coriace au point d'encaisser toutes les lectures/écritures requises par le système d'exploitation et les logiciel installés.

Parlons de software et de hardware.




2 Go étant un espace relativement faible, j'ai dû installer un système d'exploitation de petite taille. Les Windows étaient donc hors de question. D'après mon expérience personnelle, bien qu'il y en aient qui ne nécessitent pas beaucoup d'espace pour s'installer correctement (trololol xDDDD²²²), l'espace libre se voit petit à petit rétrécir au delà de celle-ci (et les performances globales avec), et ce pour des raisons qui me sont inconnues.

J'ai par conséquent regardé du côté Linux GNU/Linux, chose que j'avais déjà faite auparavant quand j'avais envisagé d'en installer une distribution sur mon ancien IBM PC 300PL 6862-N8U (c'est normal que je me souvienne du modèle exact de mon tout premier ordi ?). J'ai toutefois fait une petite recherche sur Google histoire de me rassurer. Il s'avéra que je n'avais que l'embarras du choix : Xubuntu/Lubuntu, qui sont comme leur nom l'indique, des variantes du célèbre Ubuntu *ouah t'es parvenu à cette conclusion tout seul ?*, Slax, Puppy Linux, Tinycore, ou encore DSL. (derrière cette appellation qui, de premier abord, semblerait technique, se cache en réalité du jargon de rue assez cru : Damn Small Linux, qui se traduit par "pµ74!|\| qu'est-ce qu'il est petit ce Linux !")

Mon choix s'est porté vers Slitaz, une distribution dont l'ISO dépasse à peine une trentaine de Mo. J'étais assez novice en matière de Linux mais j'avais déjà entretenu l'idée de l'installer en dual-boot avec Windows 7 bien avant que le disque dur ne trépasse.

Je me rends d'emblée sur le site officiel où je télécharge facilement la version 4.0 du fameux OS. Même avec ma connexion 3G dont le débit se réduit visiblement vers le soir, cela se déroula assez rapidement.

L'étape suivante fût l'installation du système sur une clef USB de façon à ce qu'il soit bootable. Heureusement que le BIOS peut démarrer sur une clef USB car sinon je serais foutu, surtout que l'ordinateur ne dispose pas de lecteur de CD/DVD.
Pour être franc, je ne me souviens plus du logiciel utilisé pour parvenir à cette fin, mais il y a un guide sur le site officiel pour les intéressés : fr ou en

La clef utilisée est une memup d'apparence visuelle semblable à celle ci, mais d'un quart de la capacité de stockage.
*mais pourquoi ne pas avoir tout simplement dit 2 gigots au lieu de me faire faire un calcul mental !*.

Memup 8 Gigots
s/8GB/2GB


Jusque là j'ignore toujours pourquoi est-ce que je n'ai pas opté pour un support de stockage plus volumineux, mais c'est probablement parce que j'étais pressé d'en finir avec l'installation.

Le processus d'installation s'est déroulé sans problèmes, il était intuitif et bien pensé. Slitaz est un OS très léger, il n'occupe que quelques Mo en mémoire vive. Mais pour que l'ISO soit petite de taille, elle n'inclut que quelques paquets primordiaux. Je cite : Midori et tazweb comme navigateurs web, Leafpad et Nano en guise d'éditeurs de texte, Geany et vi pour coder, SQLite et Perl, Alsaplayer pour jouer des sons, Sakura et xterm, Openbox comme gestionnaire de fenêtres, et bien d'autres. C'est pourtant déjà mieux qu'une installation fraîche de Windows XP par exemple.

La première chose que j'ai voulue installer était l'ensemble des pilotes du modem 3G de Maroc Telecom : Alcatel X080S, comme ça je pourrai installer des paquets à l'aise sans avoir à passer par Windows et le modeste "Slitaz Winpackager" que j'avais écrit, et dont le but était de pouvoir télécharger un paquet Slitaz ou ses dépendances à partir de Windows, mais pas les deux en même temps. Maintenant que je relis le code, je me rends compte qu'il est vraiment dégueulasse, je devrai peut être le réecrire un de ces jours. J'ai quand même dû l'utiliser pour télécharger certains paquets, notamment ceux qui permettent la compilation : make et gcc.
J'étais déjà passé par là auparavant, du coup je me suis directement rendu sur le site de usb-modeswitch où j'ai téléchargé et compilé le tout, et après quelques essais, ça a miraculeusement abouti. Et quelle était ma joie quand je suis finalement parvenu à ouvrir la page d'accueil de Google sur Midori ! Une exaltation indescriptible ! Une sensation d'accomplissement que peu de personnes peuvent connaître ! Un petit pas pour.. OK j'arrête.

Suite à ceci, je me mis à télécharger et à installer certains paquets dont je ne peux me passer, à savoir : Mozilla Firefox, que j'ai téléchargé sur leur site officiel car la version disponible sur le dépôt était trop ancienne, Sylpheed (client email ultra léger que j'utilise aujourd'hui même), PHP 5.4 que j'ai téléchargé à partir d'ici, MySQL, Python 2.7, Gnumeric et Abiword comme alternatives à, respectivement, Excel et Word, VLC, Vim, et tout un tas d'autres paquets tout aussi utiles les uns que les autres (comme xdemineur, pour n'en citer qu'un). Malgré tout ce que j'ai installé dessus, il y avait quand même une abondance en espace libre, j'en ai alors profité pour placer mes données personnelles : téléchargements, documents, etc.

Au fil du temps, j'ai constaté une chose : une clef USB a une durée de vie limitée, elle est vouée à la destruction, que ce soit tôt ou tard. Le navigateur Firefox était le plus inquiétant : la fréquence d'écriture était trop élevée, il plantait souvent alors que la LED de la clef clignotait à une vitesse alarmante. A un moment donné j'avais pensé à acheter une carte SD rien que pour l'y mettre, diminuant ainsi les dommages qu'il faisait subir à ma clef bien aimée. Mais ma sagesse suprême m'a permis de trouver une bien meilleure solution :


Une autre clef USB !


Pas très malin j'avoue. Deux de mes trois ports USB sont côte à côte, rendant impossible le fait de simultanément connecter la deuxième clef USB et la souris, la souris et le modem, ou encore le modem et la deuxième clef USB. En plus de ceci, à chaque fois que j'avais eu besoin de ramener l'ordinateur à la fac, j'ai du me trimbaler avec une ou deux clefs USB. Pas facile à expliquer aux gens qui me demandent de la leur prêter.

- Dis, tu peux me prêter ta clé vite fait ? J'ai besoin d'imprimer un truc.
- Au fait je ne peux pas, il y a l'OS dessus et elle ne fonctionne pas sur Windows.
- Mais de quoi tu parles ? Tu pourrais pas copier le tout chez toi le temps que j'imprime, et le recopier sur la clef par la suite ?
- C'est ça le truc, je n'ai pas de disque dur.
- Ecoute, si tu ne veux pas me la donner t'as qu'à me le dire au lieu de tourner autour du pôt.

Non je plaisante, tous mes camarades sont sympas et compréhensifs. Le vrai problème, c'était de devoir installer des logiciels scolaires, généralement de grande taille, et qui ne tournent que sur Windows. Les petits programmes, j'ai pu les émuler sur Wine (à noter : Wine n'est pas un émulateur à proprement parler : Wine Is Not an Emulator), mais les autres étaient hors de question. Voici donc une petite liste des logiciels utilisés au cours de cette année universitaire :
  • Dev-C++ : j'ai utilisé Codeblocks, et Geany/Vim. C'était une question de préférence plus qu'autre chose.
  • LTSpice au lieu d'un certain Proteus ISIS (à ne pas confondre avec ISIS). Moins sophistiqué, mais amplement suffisant pour les TPs qu'on avait.
  • Electronics Benchmark : exécuté par le biais de Wine.
  • Maple : il existe une version qui est compatible avec Linux.
  • Office (pour les présentations &co) : Au début j'avais utilisé Abiword et Gnumeric. Par la suite, j'ai brièvement utilisé FreeOffice, pour finalement opter pour Google Docs.
J'ai en grande partie utilisé les ordinateurs de la faculté pour installer ces logiciels et pour en faire usage. Non seulement ceci, mais dans un poste que je me suis en quelque sorte approprié, j'ai aussi installé l'émulateur Neoragex et divers ROMs afin de pouvoir jouer à King of Fighters (Kingo pour les intimes) pendant que le prof explique la leçon. J'y ai même créé une session protégée par mot de passe, fièrement intitulée EAI. Les meilleurs scores en Kingo et en démineur sont enregistrés sous le même nom.

La solution d'utiliser une deuxième clef n'a pas été fiable, par conséquent, je l'ai laissée tomber au bout de quelques mois. J'ai finalement installé Firefox sur la memup, non sans avoir appliqué quelques modifications pour diminuer la fréquence d'écriture. J'étais devenu tellement avare en terme d'écritures que même lorsque je codais sous Vim, j'avais pris le soin de diminuer ma fréquence de sauvegardes. Il faut dire que je m'étais habitué à faire un ctrl + s (ou :w sous Vim) pour enregistrer après chaque modification, ne me souciant pas d'endommager le disque : c'était une possibilité négligeable et lointaine. Mais avec une clef USB, ça devient une réalité. Des fois, même le fait d'enregistrer deux fois de suite causait une erreur disant que le fichier était introuvable.

Ce n'est qu'il y a quelques semaines que la clef a rendu l'âme. Je me suis donc rendu à un certain endroit pour m'acheter un disque dur, et pas des moindres :

Derb Ghallef

Pour ceux qui ne connaissent pas de quoi je parle, Derb Ghallef (tiens, il a même une page Wikipédia ! (et un site web aussi, WTF)) est en quelque sorte "l'underground" de Casablanca en termes de piratage. C'est un lieu où l'en vend toutes sortes de gadgets informatiques et électroniques, des films et des logiciels piratés, où on jailbreak les iphones, où on fait du trafic d'hamsters, et d'autres activités illégales. C'est aussi un endroit où l'on peut se faire escroquer si on ne fait pas attention. Spoiler : je me suis effectivement fait escroquer.

J'avais préalablement mené une petite recherche sur les sites de vente marocains célèbres, comme Microchoix, ou Avito, histoire d'avoir une estimation sur les prix des disques durs. J'en fus sorti avec la conclusion qu'un HDD de 320 Go coûterait environ 500 dirhams. Après avoir fait le tour et avoir demandé à quelques vendeurs, il s'avéra que le prix d'un tel HDD variait entre 400 et 500 dirhams. Mais je ne voulais pas en dépenser autant, je me suis alors mis à demander le prix des HDD de 250 Go seulement. Ceux-ci coûtaient quant à eux 300 dirhams, et pouvaient aller jusqu'à 350.

Un nième vendeur m'a offert un disque dur de 160 Go "au prix d'un de 320", 300 dirhams selon lui. Je connaissais le véritable prix d'un HDD de 320 Go, tout comme je savais que 300 dirhams m'en prendrait au moins un de 250. Je savais tout ceci suite à la petite étude de marché menée juste avant d'arriver chez lui. Et pourtant.. quand j'ai vu l'enthousiasme avec lequel il bougeait et parlait, j'ai eu honte de lui refuser son offre. Je ne dis pas ceci pour protéger mon orgueil ou quoi que ce soit, j'admets avoir fait le mauvais choix, et je l'ai regretté à peine monté au bus. Mais j'avais vraiment eu pitié.
J'ai donc acheté un disque dur de 160 Go à 300 dirhams, et c'est ce que j'utilise désormais.
Heureusement pour moi, une surprise se cachait à l'intérieur de cette petite merveille technologique : une installation de Windows 7 Home Premium prête à être utilisée ! La clef d'activation est originale à ce qu'il parait. Seul bémol :

IL EST EN ITALIEN |30|2|)3|_ DE M£|2|)3 !!1$
En plus, il est enregistré à un certain "salvatore". La seule et unique fois où j'ai entendu ce nom, c'était lors d'une mission de GTA 3. Si jamais je me fais assassiner par la mafia dans les jours qui suivent, vous saurez pourquoi.

* La véritable raison pour laquelle mon disque dur a été endommagé : je jouais contre l'équipe de Takuma à KoF 97, mais les enfoirés trichaient comme pas possible ! Sans me rendre compte, je n'appuyais pas sur les touches, je m'acharnais sur elles. Apparemment, cela a suffi pour détruire le disque dur. VDM. [^]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Porting a Golang and Rust CLI tool to D

Decrypting .eslock files

Résoudre le problème de téléversement avec Arduino Nano sous Windows 7